skip to Main Content
Changer Sa Manière De Penser …

Changer sa manière de penser …

« What we are today comes from our thoughts of yesterday, and our present thoughts build our life of tomorrow : our life is the creation of our mind »  (Buddha)

Nos vies sont nourries d’événements qui laissent une empreinte sur notre caractère et la manière dont nous réagissons et nous comportons face à une nouvelle situation.

Un peu comme sur le bord d’une plage, après une vague, lorsque la mer se retire.

L’eau emprunte un chemin, un sillon se creuse dans le sable, de petites rivières se forment pour rejoindre le large. La vague d’après, l’eau va s’engouffrer dans les mêmes chemins, creusant encore davantage ces sillons qui de fait deviendront les seules voies empruntées, laissant les autres trajets possibles de côté et ainsi de suite, comme si un seul chemin existait, une seule voie était possible.

Notre caractère, nos réactions ressemblent un peu à l’eau de cette image. Notre esprit applique un filtre sur la réalité et conditionne notre manière d’interpréter les événements et d’y réagir. Ce qui explique que nous ayons souvent l’impression de nous retrouver dans les mêmes situations.

Bien sûr nous pouvons toujours décider de changer: changer notre manière de penser, notre manière d’agir…

Mais dans la pratique, l’exercice est plus compliqué et le résultat moins convaincant.

Une autre métaphore permet de le comprendre. 

Un cavalier est assis sur le dos de l’éléphant, et tient des rennes pour le diriger, d’un côté, de l’autre… jusqu’à ce que l’éléphant ait ses propres désirs, ses propres peurs. Si l’éléphant veut vraiment quelque chose ou ne veut pas, le cavalier n’est pas en mesure de le contrôler pour donner sa direction.

L’éléphant c’est un peu notre inconscient et tous les sillons creusés par les interprétations de nos expériences, le cavalier notre conscience.

Il paraît impossible de contrôler la puissance de l’éléphant qui s’emballe, de même que notre inconscient qui mouline entraîne notre conscience à le suivre, il prend le dessus.

Alors, nous sommes conditionnés à tout jamais par nos premières expériences ?

Non.

L’éléphant ne peut être contraint, mais il peut être entraîné, éduqué; nous pouvons lui apprendre de nouveaux comportements à force de répétitions et de retours valorisants.

C’est ce que propose la sophrologie. En agissant dans un état de conscience particulier, la sophrologie donne accès à notre part inconsciente et à sa plasticité. Elle permet de recontacter des souvenirs positifs (nous en avons tous, mais nous n’en n’avons pas tous conscience..), de se projeter dans des situations positives, de gommer peu à peu les sillons qui nous entravent…

Il faudra répéter les pratiques, s’entraîner et peu à peu il sera possible de créer de nouveaux chemins, ceux que nous décidons pour nous.

Back To Top